À propos

Clarifier le prix de l'info

Paye ta pige n’est pas un collectif. C’est un projet indépendant, né de la précarité et l’opacité dans laquelle les journalistes indépendant·e·s sont maintenu·e·s par les médias qui les emploient. Rémunérations à géométrie variable, piges payées en factures ou droits d’auteur, exigences grotesques ou contraires à la loi, mauvais payeurs…

Face au ras-le-bol des pigistes, Paye ta pige a une double vocation :

> Fournir aux journalistes, via un site internet gratuit, les tarifs pratiqués par différents médias français ou francophones (presse, web, radio, TV…) et communiqués directement par leurs confrères et consœurs.

> Faire connaître à tous et toutes le prix de l’info que nous consommons chaque jour et les conditions dans lesquelles elle arrive jusqu’à nos yeux ou nos oreilles.

Les tarifs affichés sur Paye ta pige nous ont été communiqués par les principaux et principales intéressées, journalistes ou réd’chefs. Si vous souhaitez soumettre un tarif, un formulaire est à votre disposition sur la page dédiée.

Si un tarif vous semble obsolète, erroné ou si le mode de réglement d’un média a changé, contactez-nous sur payetapige@gmail.com.

Une cagnotte PayPal existe si vous souhaitez nous aider à payer l’hébergement du site et le renouvellement du nom de domaine.

Quelques rappels concernant les journalistes pigistes

> Un feuillet contient 1.500 signes, espaces compris. Le tarif brut d’un feuillet s’entend hors prime d’ancienneté (pour les détenteurs·trices de la carte de presse), hors indemnité de congés payés et hors 13e mois. Ces majorations s’ajoutent au tarif brut et sont mentionnées sur la fiche de paie.

> Un·e journaliste pigiste doit être payé·e en salaire lorsqu’il ou elle collabore à une entreprise de presse (article L. 7112-1 du code du travail).

> En l’absence d’un contrat de travail écrit, un·e journaliste pigiste est présumé·e en CDI. Un ou plusieurs mois sans collaborer à un média ne rompt  pas ce CDI présumé.

> Le paiement en facture (auto-entrepreneur) vous prive de vos droits de salarié·e·s (indemnités maladie et maternité, chômage, retraite, indemnité de licenciement…) ainsi que des bénéfices de la convention collective des journalistes (13e mois, congés payés, ancienneté) et l’accès à la carte de presse. En outre, vos droits à la retraite seront calculés en fonction de votre chiffre d’affaires.

> Le paiement en droits d’auteur est réservé aux diffuseurs et vous prive également de vos droits de salarié·e·s.

> Les médias hors-la-loi s’exposent à des poursuites : requalification en CDI, rappel de salaires, redressement de l’Urssaf, condamnation pour travail dissimulé…

Ressources

Si vous souhaitez que votre organisation figure sur cette page, envoyez une courte description (700 signes max.) à payetapige@gmail.com.

> La convention collective nationale des journalistes

À lire ici.

> Réglementation de la pige

«Un journaliste ne peut légalement être payé qu’en salaire» et autres règles d’or à connaître pour faire valoir ses droits.

> Les barèmes minimum légaux de piges

Les tarifs listés sur cette page sont «les barèmes minimums légaux issus d’accords entre les syndicats et le patronat. A défaut d’accord, il n’y a pas de barème minimum, et nul ne peut contraindre son employeur à un tarif».

> Fiches pratiques pigistes

Disponibles ici.

> Guide de défense du journaliste

Version courte (PDF) et version longue (PDF).

Organisations

> Syndicat National des Journalistes (SNJ)

Créé en 1918, le SNJ est le premier syndicat de journalistes et vise à défendre la profession, la déontologie, les salaires, l’emploi, les conditions de travail, l’information et la formation syndicale. De nombreuses ressources sont disponibles sur le site du SNJ, qui organise également des permanences (IRL, par téléphone ou par mail).

Site web SNJ / Facebook & groupe Infos pigistes SNJ / Twitter 

> CFDT Journalistes

La CFDT-Journalistes agit pour les journalistes pigistes et mensualisés :

– dans les entreprises de presse : nos représentants du personnel accompagnent les cas individuels, négocient les hausses de salaire, les accords d’entreprise, les conditions de clauses de cession, etc.
– dans les instances paritaires : commission de la carte de presse, commission arbitrale, mutuelle et prévoyance pigiste Audiens, Afdas (formation), écoles de journalisme, etc.
– auprès des ministères : nous faisons entendre notre voix concernant les lois et règlements de la profession nous concernant.

Le pôle pigistes de la CFDT-Journalistes informe les pigistes, bâtit des propositions pour résoudre les situations complexes (pigistes à l’étranger, arrêts maladie…) et veut être un espace pour rompre l’isolement de ses membres. Tous les pigistes adhérant à la CFDT peuvent s’investir dans le pôle pigistes, pour soutenir les autres et rechercher des solutions concrètes.

Site web CFDT-Journalistes & CFDT Pigistes / Facebook / Twitter

> Syndicat général des journalistes Force Ouvrière (SGJ-FO)

Site web SGJ-FO / Facebook

> Profession : Pigiste

Profession : Pigiste est une association loi 1901, créée en 2000 pour fédérer les journalistes pigistes en France. Elle leur permet de se retrouver tout au long de l’année lors d’Apéros pigistes, à Paris comme en région, ainsi qu’aux 48H de la Pige, chaque fin juin/début juillet dans une nouvelle ville de l’Hexagone. Profession : Pigiste mène aussi des actions pour lutter contre la précarisation croissante des journalistes pigistes en répondant présente à des événements de la profession (Assises du journalisme, Conférence nationale des métiers de journalisme, Entretiens du webjournalisme…) et en lançant ou s’associant à des tribunes. L’association est animée bénévolement par des journalistes pigistes. Toutes ses actualités, ainsi qu’un Abécédaire de la pige des rubriques dédiées à ses adhérents sont disponibles sur son site web.

Site web Profession : Pigiste / Facebook / Twitter

> Ras la Plume

Ras la Plume est un collectif de journalistes pigistes salarié.e.s des médias né à la suite d’une tribune «Nous ne voulons plus être les forçats de l’info» publiée par Acrimed en mars 2017, puis dans Libération en février 2019 «Nous journalistes pigistes exigeons le respect de nos droits». Nous alertons et proposons des actions sur les conditions de travail dans notre profession. Certain.e.s d’entre nous sommes syndiqué·e·s, membres de Profession : Pigiste ou d’autres réseaux et organisations professionnelles. Nous représentons tous et toutes les métiers de la pige. Nous nous organisons de manière horizontale à travers des Assemblées Générales ouvertes à toutes et tous. Un bureau collégial de neuf personnes assure la coordination et le suivi des commissions et des activistes de Ras la Plume.

Contacter Ras la Plume / Facebook / Twitter

> Prenons la une

Prenons la une est une association de femmes journalistes engagées pour une juste représentation des femmes dans les médias et pour l’égalité professionnelle dans les rédactions. Nous avons publié notre manifeste fondateur le 3 mars 2014 dans Libération. Il a recueilli plus de 800 signatures.

Site web Prenons la une / Facebook / Twitter

> Les Journalopes

Collectif de six femmes journalistes. Pigistes par choix, nous travaillons à Paris, Berlin, Istanbul et là où nos reportages nous mènent. Nous écrivons sur l’amour, le sexe, les libertés et la guerre. Sur les avortements clandestins en Pologne, la vie des civils dans le Donbass, la condition des femmes Yézidies en Irak, les féminicides, les data Tinder, le BDSM et les faux mariages en Iran. On a choisi de s’appeler Les Journalopes. Pourquoi ? Parce que c’est une insulte régulièrement adressée aux journalistes qui l’ouvrent un peu trop. Et parce qu’on n’a pas l’intention de la boucler.

Site web Les Journalopes / Twitter

> L’Association des journalistes lesbiennes, gays, bi·e·s, trans et intersexes (AJLGBTI)

Créée en 2013 dans le sillage des débats autour de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, l’Association des Journalistes Lesbiennes, Gay, Bi·e·s, Trans et Intersexes œuvre pour un meilleur traitement des questions LGBTI dans les médias. Elle regroupe des journalistes issu·e·s de nombreuses rédactions (web, presse écrite, radio, télé, agence…), et nombre de pigistes et indépendant·e·s. Elle réalise différents types d’action : production d’études sur le traitement médiatique des minorités, réalisation d’un «kit de bonnes pratiques» à destination de la profession, veille médiatique, formation dans les écoles de journalisme, conférences… Depuis 2017, elle est aussi l’organisatrice de la cérémonie des OUT d’or qui récompense les journalistes, artistes et personnalités dont les travaux et prises de position participent d’une meilleure représentation des minorités LGBTI.

Site web AJLGBT / Facebook / Twitter

Mentions légales

Ce site est édité par Nora Bouazzouni.

Hébergement : OVH SAS, 2 rue Kellermann – 59100 Roubaix.

Vos données personnelles sont confidentielles et ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

Pour toute demande d’information, veuillez nous contacter sur payetapige@gmail.com.

non porta. lectus Praesent Sed eleifend